Vous l’avez peut-être dans vos mains depuis un moment, peut-être vue une publicité à la télévision ou votre entourage vous en a parlé, mais quoi qu’il en soit, personne n’a pu passer au travers de la vague Surface. Après 3 semaines d’utilisation (intensive ;) ) de la tablette de Microsoft, nous pouvons enfin vous faire part de notre avis sur ce produit complètement atypique. Ayant fait grand bruit lors de sa présentation en Juin dernier et continuant à faire couler l’encre sur la toile, Surface en a déçus certains et fasciné beaucoup d’autres. Tablette ou véritable ordinateur, ce produit pourrait presque faire l’objet d’une nouvelle définition tant il ne convient ni à l’un, ni à l’autre univers. En ce sens nous avons choisi de vous parler lors de cet article non pas d’un point de vue « geek », mais plutôt d’un point de vu grand public, car vous serez d’accord avec moi pour dire qu’un geek n’a pas besoin d’un test… la fiche technique d’un produit lui suffit souvent, car lui seul sait la déchiffrer ;). Je ne parlerais donc pas de benchmark, je livrerais ici le ressenti et les remarques que font émerger l’utilisation quotidienne de Surface.

 
 

Premier contact avec Surface
 
 

 
 

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce produit ne vous laissera pas indifférent, au premier abord la tablette transpire le haut de gamme. Son format plus élancé que celui de l’iPad peut paraître curieux lorsque l’écran est éteint, mais on comprend immédiatement pourquoi dès lors que l’on arrive sur l’écran d’accueil de Windows RT. Son corps en magnésium dit « VaporMG » est très doux au toucher, très honnêtement la prise en main est très agréable. Sur le papier, cette tablette est aussi fine que l’iPad, mais en main celle-ci donne l’impression d’être un peu plus épaisse, en revanche le produit paraît plus robuste que son homologue d’Apple. Les tranches sont franches et marché, donnant un look plutôt racé à la tablette sans pour autant gêner la prise en main. Le clapet pour pouvoir poser la tablette sur une table en mode « cadre photo » paraît lui aussi extrêmement solide. Avec ses 680gr, Surface ne se fait pas sentir dans un sac, de même lorsqu’on l’utilise à la main celle-ci est légère et confirme donc ses prédispositions pour l’ultra mobilité.

 
 
Le TouchCover
 
 

 
 

C’est l’accessoire à absolument posséder si vous souhaitez entrer complètement dans le monde de Surface. Nous possédons ici la version cyan et il faut bien avouer que cela en « jette ». Protège écran et clavier pour basculer la tablette en véritable ultrabook, cet accessoire dextrement bien pensé possède un toucher très original, pour vous donner une idée, cela nous a fait penser à la sensation du toucher d’une peau de pêche. Assez déstabilisant au départ, mais relativement agréable à la longue ce clavier réclame un temps d’adaptation pour maîtriser totalement la bête. Une fois chose faite c’est un vrai régal. La vitesse de frappe est rapide et en même temps très précise. Cela est une excellente chose étant donné les capacités de la machine en bureautique, notamment grâce à Office 2013.

 
 

L’écran
 
 

Alors que la concurrence est à la course à la haute résolution, Microsoft a fait le choix de doter sa tablette d’un écran de 10,6 pouces d’une résolution de 1366x768px, là où Apple propose une résolution de 2049x1536px pour 9,7 pouces. Ayant eu l’iPad en mains, nous avons pu comparer les deux écrans pour voir si la différence est « visible ». La réponse est oui, nous aurions aimé qu’elle en soit autrement, mais le constat est là. Mais il faut bien comprendre que cette différence ne signifie pas que Surface possède un mauvais écran. Bien au contraire, le contraste de l’image est très agréable et l’accueil de Windows RT est parfaitement mis en valeur par l’écran, les couleurs sont chaleureuses et à vrai dire seul l’affichage des textes permet à l’iPad de ce différencier de Surface. Dans nos usages actuels sur ordinateurs et téléviseur nous avons à ce jour de grand écran avec des résolutions de 1920x1080px allant dans la moyenne jusqu’à 50 pouces, cela nous permet de resituer les performances de l’écran de Surface et en ce sens nous pourrons vous confirmer que son écran et d’excellente facture.

 
 

Windows RT sur Surface
 
 
Passons maintenant à la partie logicielle de la bête. Motorisé par un processeur Quad-Core nVidia Tegra 3, cette tablette est sous Windows RT. Version de Windows 8 spécialement conçu pour les processeurs ARM. Dans la pratique, seules les applications issues du Windows Store pourront fonctionner sur Surface. Vous aurez quand même accès au bureau classique de Windows, mais uniquement pour travailler avec Office 2013 ou utiliser l’explorateur de fichier que vous connaissez déjà. L’OS est très réactif et réagit au quart de tour, sur ce point la tablette égale l’iPad et surpasse même la Galaxy Tab 2 de Samsung. La navigation est extrêmement fluide et nous rappelle l’expérience que vous pourrez obtenir avec un Windows Phone. Aucun temps de latence n’est à remarquer, même lors du switch entre les applications. La compatibilité avec les différents périphériques est ici un véritable plus pour cette tablette. Une imprimante, un disque dur, une clé USB… Tout ce que nous avons connecté à Surface fut reconnu et exploitable, nous émettons néanmoins une réserve pour le matériel assez vieux, car nous n’avons pas pu tester de périphérique datant de plus de 2 ans. Notre imprimante était le plus vieux périphérique que nous possédions (2ans) est celle-ci a parfaitement fonctionnée. Nous nous attarderons plus particulièrement sur Windows RT dans une présentation vidéo de ce système ;).

 
 

Surface… Tablette ou Ultrabook ?
 
 
C’est ici que les choses se compliquent, en effet Surface est une tablette qui permet d’en faire beaucoup plus, grâce à sa compatibilité avec les autres périphériques de votre maison, mais aussi par ses capacités à se transformer en ordinateur d’appoint. Pour au temps est-ce une tablette, un ultrabook ou autre chose ? Nous pensons qu’avec Windows 8 et Windows RT, Microsoft a ouvert la voie à une nouvelle famille de produit, les fameux « hybrides » comme certains les surnomment déjà. Dans le cas de Surface nous pourrions dire que c’est un hybride tablette/PC, pour le cas de Surface Pro ce sera plutôt un hybride PC/Tablette. Le sens PC/Tablette ou Tablette/PC prend avec Windows RT et Windows 8 une véritable dimension, car ce sont des produits qui peuvent combiner deux mondes, là où aucun autre système informatique ne l’avait encore jamais fait. Revenons maintenant à nos moutons avec Surface, dans sa forme c’est une tablette, mais dans le fond nous pourrons dire que c’est un ordinateur d’appoint, mais qui ne remplacera pas encore totalement votre bon vieux PC. Du moins pas pour le moment, et cela ne va dépendre que d’une seule chose… Le Windows Store ! En effet quand celui-ci sera bien rempli, nous pensons que Windows RT prendra une autre dimension, car les applications présentes au sein du store pourront permettre à l’utilisateur de se passer de plus en plus des programmes en version desktop. À ce moment-là nous pourrons dire que Microsoft aura complètement réussi son pari en proposant un OS totalement réinventé et proposer des interfaces homme/machine beaucoup plus naturelles.

 
 

Conclusion
 
 
Pour terminer ce tour de la nouvelle tablette de Microsoft nous ne pouvons qu’applaudir la firme de Redmond, car le produit qu’elle propose est tout simplement réussi et extrêmement singulier. Si vous souhaitez acquérir une tablette et vous démarquer des autres, vous aurez absolument besoin de Surface. En revanche si vous pensez remplacer votre ordinateur par une tablette nous vous conseillons, soit de bien vérifier que vos usages peuvent être réalisés avec Windows RT, soit de vous reporter votre achat pour Surface Pro ou passer sur une autre tablette motorisée par Windows 8. Et vous que pensez-vous de cette Surface ?